Comment conserver son emploi pendant la crise du COVID-19

Comment conserver son emploi pendant la crise du COVID-19

Ce qui précède est une leçon importante à tirer des enseignements de la Grande Récession. Il s’applique également à la crise du COVID-19. Nous savons tous que de nombreuses personnes vont perdre leur emploi. Mais qui sera le premier à être licencié ?

Cela pourrait avoir un rapport avec le fait que vous ayez choisi votre carrière spécifique parce que vous l’aimez vraiment, ou si vous faites partie des 86 % d’employés qui occupent leur poste actuel principalement pour l’argent.

Avez-vous besoin d’aide pour aider votre entreprise à traverser la crise ? Nous pouvons vous aider. C’est ici que vous pouvez programmer votre consultation.

  • Les 86 % peuvent être classés en quatre catégories :
  • 15% des personnes sont employées uniquement pour compléter leur revenu.
  • N’ayant aucun ou très peu d’intérêt pour l’entreprise ou le produit, 24 % ont des compétences moyennes.
  • 31 % ont de bonnes capacités et pourraient travailler dans n’importe quelle entreprise de ce type, mais n’ont pas d’attachement particulier à leur employeur actuel.
  • 14 % ont des capacités exceptionnelles mais ne sont pas certains de la capacité de la direction à diriger l’entreprise (dans une situation donnée).

Dans cet article, on vous explique comment la direction décide des employés à garder et des autres à licencier.

Que faut-il pour être un bon employé ?

Avant de commencer, voici quelques conseils de bon sens sur la manière de conserver votre emploi, quels que soient votre secteur d’activité, votre formation ou vos talents :

  • Arrivez toujours à l’heure.
  • Faites un effort
  • Soyez une personne « pleine d’énergie ».
  • Gardez une attitude positive.
  • Soyez enthousiaste et utilisez un langage corporel positif.
  • Soyez une personne qui se laisse entraîner.
  • Faites un effort supplémentaire.
  • Préparez-vous.
  • Vous devez avoir une forte éthique de travail.

Qu’arrive-t-il aux employés qui restent après le départ de certains ? La plupart des gens ont beaucoup plus peur de perdre leur emploi. Qu’ils se cachent de la direction ou, pire encore, qu’ils ne fassent pas leur travail assez bien ou selon leurs propres normes.

Il est difficile de faire la distinction entre un manque d’intendance et une mentalité d’employeur. Toutefois, l’enquête susmentionnée, à laquelle j’ai participé en 2010, a révélé quelques faits concernant le comportement des employeurs. (Selon le rapport, il existe plus de 86 000 entreprises dans le monde).

Voici les 12 principales raisons pour lesquelles les gens ont perdu leur emploi

#1 : Insatisfaits de la quantité d’informations fournies par la direction.

#2 : Ne pas faire partie d’équipes orientées vers la direction.

#3 : Rester assis à attendre qu’on leur dise quoi faire.

#4 : Prendre contact avec les syndicats, ce qui a conduit à une réunion avec la direction.

#5 : N’a pas eu beaucoup d’impact avant la crise.

#6 : Plus préoccupés par leurs droits personnels que par le succès de l’organisation.

#7 : Avait peu ou pas de contact avec le reste de l’entreprise.

#8 : La capacité de servir les clients a été perdue.

#9 : Désirait accomplir davantage.

#10 : Parlait excessivement (beaucoup de gens sont passés de « faiseurs » à « parleurs »).

#11 : Ils ont fait leur travail, mais pas assez bien pour être reconnus.

#12 : Manque de confiance de la direction (à tous les niveaux)

La majorité des réponses susmentionnées proviennent d’entreprises et d’employés (qui ont été traumatisés). D’autres, en revanche, ont pris des initiatives mutuellement bénéfiques et transparentes et ont relevé les défis. Ils se sont adaptés et, dans un sens, ont triomphé.

Quelques-uns seulement se sont empressés de sortir de leur zone de confort, désireux d’essayer quelque chose de nouveau, et certainement, certains sont allés au-delà de ce qui était requis. Ils ont compris combien il était crucial de se battre. Non pas dans le but de préserver leur emploi, mais pour le bien de l’entreprise pour laquelle ils étaient si enthousiastes.

Les employés qui sont restés ont eu une attitude radicalement différente, ce qui leur a permis de conserver leur emploi ou de rester jusqu’à la fin.

Les dix principales raisons pour lesquelles les gens ont réussi à conserver leur emploi pendant la Grande Récession

#N° 1 : Toujours vouloir en faire plus et ne pas hésiter à proposer des idées nouvelles.

#2 : J’ai fait quelque chose d’inattendu ou je me suis surpassé pour un client ou un collègue (presque à chaque fois).

#3 : J’ai trouvé des moyens d’économiser de l’argent (sur n’importe quel sujet).

#4 : J’étais prêt à élargir mes compétences personnelles dans de nouvelles directions pour aider l’entreprise.

#5 : Maintenir le cap de l’entreprise en trouvant toujours de nouvelles façons d’obtenir plus avec moins de ressources.

#6 : Être toujours prêt à mettre les idées de la direction à l’épreuve, et ne pas hésiter à faire des commentaires appropriés par la suite (même si cela s’est avéré être un désastre complet).

#7 : N’ayez pas peur de prendre l’initiative pour maintenir l’élan.

#8 : Collègues et clients (intégration extraordinairement élevée)

#9 : Avoir confiance en ses propres capacités et en sa propre marque – mais ne pas avoir peur de faire des compromis

#10 : Se concentrer sur l’amélioration de son travail plutôt que de chercher un meilleur emploi.

En parlant avec le personnel restant, il est devenu évident que ni le leadership ni l’intendance n’avaient rien à voir avec la concentration et la détermination. Ces personnes ont simplement compris l’importance de se battre pour rester employées par l’organisation à laquelle elles tenaient sincèrement.

Il ne suffit pas d’aimer son travail. Vous devez être enthousiasmé par l’entreprise !

Si vous n’aimez pas votre travail ou l’entreprise pour laquelle vous travaillez, c’est le moment idéal pour commencer à chercher quelque chose de nouveau. Les personnes qui n’ont pas d’amour pour l’entreprise, le produit, le métier, les collègues ou la capacité de s’auto-stimuler n’ont pas leur place ici.

Passer huit heures par jour, cinq jours par semaine sur quelque chose dont vous n’êtes pas fier ou passionné n’est probablement pas une bonne combinaison. D’un autre côté, si vous êtes motivé et enthousiaste, vous trouverez du travail.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.